Les dernières chroniques

03/05/2017

Tant que nous n'aurons pas de visage (LEWIS)

Titre : Tant que nous n'aurons pas de visage
Titre VO : Till We have faces
Auteur : C. S. LEWIS
Anne Carrière — 2011
304 pages
18 €


Résumé :
Le roi de Glome a trois filles. L'aînée, Orual, est fort laide, et porte une affection démesurée à Istra, la benjamine, la plus belle et la plus douce créature de ce royaume barbare. Mais, victime de l'obscurantisme religieux, cette dernière est sacrifiée au dieu de la Montagne grise. Des années plus tard, Orual est devenue reine, une souveraine crainte et respectée. Meurtrie par les regrets et la solitude, elle se souvient de l'enseignement d'un vieil esclave grec ramené par son père lors d'une campagne, et entreprend le récit de son combat contre les dieux.


Mon avis :
Je suis tombée dessus par hasard à la bibliothèque. Le titre a titillé ma curiosité, puis j'ai vu l'auteur, C. S. Lewis à qui l'on doit Les chroniques de Narnia. J'étais donc passée d'intriguée à enthousiaste, j'avais super envie de le découvrir et j'en ressors contente. Il est atypique et je pense qu'il passe mieux si l'on prend son temps pour le lire, parce qu'il est très chargé en descriptions et dense en matière de réflexions.

Je connaissais les grandes lignes du mythe de Psyché, je n'ai pas lu les détails, et par conséquent, je serais bien piètre juge pour déterminer si cette réécriture est bonne ou pas. En revanche, je suis maintenant très intéressée pour découvrir le mythe d'origine. Là dessus, je pense que le roman a réussi à m'emporter dans son côté mythologique. Il est très chargé en matière de philosophie, de métaphysique ; c'est dense, complexe et pourtant très fascinant. J'ai pris mon temps pour appréhender les pensées d'Orual qui s'avère être un protagoniste principal captivant.

L'auteur a composé son récit en deux parties et dans chacune d'elle, nous suivons Orual. Il utilise la première personne du singulier pour mieux nous rapprocher d'elle et entretenir une certaine forme de mystère. Parce qu'au fond, il y a une grande part de mythologie, de religion, de psychologie et réflexions qui tourne presque au mysticisme. L'ambiance est particulière, j'ai lu cette histoire en étant sous le charme de la plume de l'auteur, précise, fouillée, agréable à lire. Les descriptions sont nombreuses, mais elles sont intelligentes, elles mêlent à la fois révélations, actions, émotions. Elles permettent de s'imaginer les lieux, les relations et les personnages.

Le roman n'est pas sans défaut, je lui trouve un côté opaque par endroit, notamment lors de la seconde partie. Cette dernière est courte, mais elle m'a plus d'une fois perdue. Il y a un effet de lenteur, c'est indéniable, même si cette lenteur fait partie du récit pour mieux s'imprégner des idées. Je reconnais qu'il me manquait un peu de relief dans la psychologie des protagonistes (excepté Orual). Il m'a manqué aussi un peu d'attachement aux protagonistes et un souffle de tension, un peu de romance aussi.

Tout est lié en somme. La tension manquante, elle vient de cet aspect "divin", du destin et du caractère inévitable de bien des événements. L'intrigue nous propose de découvrir trois princesses affublée d'un père horrible qui n'hésitera pas à sacrifier la cadette pour faire prospérer son royaume. Dès lors, Orual entre en guerre contre elle-même, contre son père, contre les dieux. Seulement, cette révolution est plus subtile, elle ne se fait pas dans le sang et les armes, mais par des changements plus spirituels et intérieurs. Je retrouve bien là l'auteur, ce constat se faisait déjà avec Narnia où la religion est très présente. L'intrigue manque donc de tension et de sensations d'épique, néanmoins, elle est géniale en terme d'émotions, de drames et de passions. J'ai beaucoup aimé cette histoire captivante et sympathique à découvrir.

L'univers est très axé fantasy, j'ai pris plaisir à découvrir la vie de nos trois princesses, ce monde proche du médiéval avec cette pointe d'antiquité très originale je trouve. J'ai bien aimé Le renard, philosophe grec très intéressant, bienveillant et prêt à aiguiller Orual. Cette dernière est formidable. On aime, on la déteste, on la prend en pitié, on l'admire, c'est une princesse détestée par son père parce qu'elle est une femme. De plus, elle est vue comme laide et repoussante. Elle va tout doucement s'émanciper, devenir forte, courageuse, elle va oser se rebeller contre son père, elle va faire de ses défauts des qualités, elle va jusqu'à apprendre le maniement des armes. Je trouve qu'ici, il y a un chouette pan sur la condition féminine qui a su me captiver du début à la fin. Orual est sans conteste un personnage fascinant que j'aurais du mal à oublier.

En conclusion, j'ai passé un moment atypique devant ce roman. Je le trouve original, particulier, inoubliable et très différent de Narnia. Il est plus complexe, dense et sombre. L'auteur nous présente une réécriture du mythe de Psyché, dans un univers de fantasy sympathique avec une touche d'antiquité passionnante. Le style et l'intrigue ont su m'enchanter très rapidement, j'ai pris mon temps pour découvrir la richesse des émotions et des problèmes rencontrés par Orual. Cette dernière est une héroïne à part, j'ai bien fait de m'arrêter par hasard sur ce roman, c'est une bonne découverte. Malgré ses défauts, je trouve ce roman fascinant et très intéressant.

14 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout cet ouvrage mais tu m'as bien intrigué avec ton avis :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, je te souhaite de le lire un de ces jours ^^

      Supprimer
  2. Ca a l'air intéressant. Après j'avoue que la fntasy et moi on est pas forcément surper amies. Mais je suis quand meme curieuse de celui ci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici la fantasy est soft. Le fait d'avoir beaucoup de références à l'antiquité, à la religion et à la politique le rend étrangement original et proche du réel. Je veux dire qu'il n'y a pas de choses clairement inventées à la Seigneur des anneaux ou autre grandes sagas fantasy. C'est peut-être un plus quand on n'est pas familier à cette littérature. Bonne découverte si tu t'y plonges.

      Supprimer
  3. Il a l'air vraiment très passionnant ! Merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, super fascinant, je te souhaite de le découvrir.

      Supprimer
  4. Il a l'air vraiment bien, même si ce n'est pas mon genre de prédilection je me laisserai bien tenter :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il n'est pas dans ton genre de prédilection, alors j'espère qu'il te plaira ^^

      Supprimer
  5. Je ne connaissais pas du tout ce livre mais tu donnes envie de le découvrir :)

    RépondreSupprimer
  6. Tu me donnes super envie de le découvrir! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cool ^^ J'espère qu'il te plaira si tu te lances un jour :)

      Supprimer
  7. Là je suis très tentée! Une chronique très douce qui me donne envie de découvrir ce livre mais aussi le mythe qui a inspiré l'écriture. Merci pour cette belle découverte, je note le titre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie que cette chronique te plaise et te donner envie de lire le roman, je te souhaite de le découvrir et de l'apprécier ;)

      Supprimer