Les dernières chroniques

28/12/2016

Les trois mousquetaires (DUMAS)



Titre : Les trois mousquetaires
Tome 1
Série : Les trois mousquetaires
Auteur : Alexandre Dumas
Pocket – 2011
904 pages
4€60



Résumé :
Le roman raconte les aventures d'un Gascon désargenté de 18 ans, d'Artagnan, monté à Paris faire carrière afin de devenir mousquetaire. Il se lie d'amitié avec Athos, Porthos et Aramis, mousquetaires du roi Louis XIII. Ces quatre hommes vont s'opposer au premier ministre, le Cardinal de Richelieu et à ses agents, dont la belle et mystérieuse Milady de Winter, pour sauver l'honneur de la reine de France Anne d'Autriche.



Mon avis :
Voici mon roman favori parmi mes romans chouchous. C'est mon livre d'aventure que j'ai dû relire pour la troisième fois afin de vous écrire cette chronique. J'aurais pu le faire par souvenirs, mais ayant eu cette version pour mon anniversaire, je me suis laissée tenter pour une relecture. Vous l'aurez compris, ce sera une chronique très positive, c'est un classique comme Jules Verne ou Jane Austen, un classique très agréable à lire. On oublie vite qu'il a été écrit au XIX ° tant la plume semble intemporelle.

Dans ce roman, vous trouvez tellement de bons ingrédients très bien exploités par Alexandre Dumas, comme l'aventure, le « cape et d'épées », la romance, l'amitié, les intrigues politiques, l'Histoire. En fait, non. L'Histoire du règne de Louis XIII n'est pas bien respectée, il était impossible que les mousquetaires du roi aident la reine, ou qu'ils aillent se promener en Angleterre. Tout comme Louis XIII n'était pas un mou du genou ou Richelieu, la vilaine sorcière de la vallée. Toutefois, avec les connaissances de son époque, Dumas nous offre un beau voyage au XVII ° dans une intrigue longue et pleine de rebondissements.

L'histoire nous conduit à rencontrer d'Artagnan, un jeune gascon plein de vie qui une fois à Paris, ne manque pas de se faire repérer. Par les mousquetaires du roi, Athos, Porthos et Aramis, par leur chef, Monsieur de Tréville et par le cardinal de Richelieu. Il se fait des amis et des ennemis en entrant malgré lui dans la politique. Il n'est ni pour ni contre le cardinal, mais son amour pour Constance Bonacieux le pousse à choisir un camp, celui de la reine et de son amour pour Buckingham (aujourd'hui, il est toujours aussi difficile de prouver une telle histoire). Alors, il part en Angleterre et finit par s'attirer les foudres de Milady. C'est une histoire que l'on jugera simple, mais les éléments mis en place sont passionnants, l'aventure est captivante et toutes ces affaires de complots et de secrets restent fascinantes à découvrir. Dès le début, on entre dans un univers singulier et typique du roman d'aventures, on reste accroché aux péripéties de nos mousquetaires et à la fin, on a hâte de lire la suite.

La plume de l'auteur est très agréable à lire. Même quand il évoque des sujets historiques, Dumas reste concis et simple, permettant alors ne pas perdre son lectorat. Les descriptions sont très belles, les sentiments des personnages, les lieux, les combats, tout s'enchaîne avec une bonne fluidité. On n’est jamais perdu, Dumas prend son temps pour narrer chaque élément important, ou drôle. De l'humour, il y en a, on s'amuse devant les inventions géniales de ces quatre héros unis par un fort lien d'amitié. Les répliques sonnent juste, elles sont bien construites, elles participent activement à la narration, pour comprendre un protagoniste, pour analyser les subtilités des intrigants, pour s'amuser.

Quant aux protagonistes, on les aime tellement. D'Artagnan est un jeune homme d'une vingtaine d'années qu'on aime suivre tant il dégage de la sympathie. Il est plein de vie, il a toujours de bonnes idées, j'ai beaucoup aimé le fait que peu à peu, Milady lui fasse un peu peur. Il s'assagit au fil du récit. Vu qu'il ne prend pas part dans cette querelle entre mousquetaires du roi et ceux du cardinal, le fait qu'il devienne lieutenant des mousquetaires par Richelieu n'est pas choquant. Ce dernier aime véritablement le gascon et sa manière d'être, il respecte ainsi un vieil adage qui consiste à garder ses ennemis près de soi que contre soi. Tout comme Louis XIII le fait en prenant Richelieu comme premier ministre, il l'avait au préalablement exilé avec sa mère.

Mon deuxième personnage préféré est Athos. Sage, distant, mélancolique, il me fait rire, son histoire m'a beaucoup touchée, il est de bons conseils pour notre jeune héros. C'est un très bon mousquetaire que j'ai appris à aimer au fil du récit. Aramis est plus mystérieux, entre l'Église et l'Épée, il ne sait pas quoi choisir, à cause de son amour pour une femme, il veut rester avec les mousquetaires, mais son amour des ordres reste présent. J'aime le paradoxe et le comique de sa situation, c'est un bel intrigant. Porthos est le plus naïf, cependant, il déborde de volonté. Il est loyal envers ses amis en dépit de sa course folle pour devenir riche. Même si leur chemin se sépare, ayant lu la suite, je vous l'annonce, ils ne peuvent pas vivre les uns sans les autres !

Ensuite, Constance Bonacieux est la naïveté à l'état pur, c'est une jeune femme pour qui j'avais beaucoup d'affection. Tout comme Buckingham ou Felton, ils sont eux aussi victimes de la cruauté sans limites de Milady. Même Richelieu s'en effrayait, c'est pour dire ! Le cardinal – malgré le fait qu'il soit dépeint comme le grand vilain – reste un serviteur de la France, il doit manier la politique d'une main de fer pour empêcher la ruine du royaume. C'est un personnage que j'ai également appris à mieux connaître. Lors de ma première lecture, je ne l'aimais pas vraiment, mais en apprenant quel homme il a été dans la réalité, je m'aperçois, qu'il a été un politicien tactique, qu'il a dû batailler ferme pour faire tenir le pays, même s'il devait se montrer dur et intransigeant. Le roi et la reine, comme Rochefort sont peu présents, mais restent sympathiques. Quant à Milady, je déteste ce genre de femme. Certes, on est loin de s'ennuyer avec elle, c'est un personnage charismatique et incroyable, mais elle est foncièrement horrible, voleuse, menteuse, perfide, empoisonneuse. Elle a eu une vie terrible pour devenir ainsi, on compatit un peu à son sort, mais je suis clairement satisfaite du sort encore plus terrible qui lui est réservé.

En conclusion, je pourrais parler pendant des pages de ce premier volume des aventures des quatre mousquetaires. C'est un beau récit d'amitié, de valeurs, d'amour, de complots, de péripéties, de combats, d'Histoire... Il détient de nombreux éléments pour faire de lui un classique inoubliable et intemporel. La plume de l'auteur est parfaite, fluide, agréable à lire, elle magnifie une intrigue qui se veut simple et complexe à cause de ses nombreux rebondissements. Les personnages participent activement à cette immense fresque, on les aime, on les déteste, ils ne nous laissent pas indifférents, on apprend à les connaître à travers ce récit. J'ai savouré cette relecture, et le roman reste en tête de mes romans préférés. Je me plongerais volontiers dans « Vingt ans après ».

Aucun commentaire:

Ajouter un commentaire